Vidange de Verbois, attention aux dégâts

Vidange de Verbois, 2016

Même si sa durée et sa puissance ont été diminuées afin de préserver la faune tout en permettant l’évacuation des sédiments pour éviter leur accumulation dangereuse à la Jonction, la vidange nouvelle formule, est-elle plus dommageable pour la faune que prévu ? Les associations ne manquent pas de réagir et moi également.

Vidange Verbois 2016 SIGEn amont du barrage de VerboisVidange Verbois 2016 SIGEn aval (photos SIG)

 

Il faut dire que la question  n’est pas nouvelle et la solution choisie peut être pas si optimale qu’il n’y parait.  Dès lors, il est légitime de questionner le Conseil d’Etat sur la mise en place des mesures complémentaires tant attendues permettant de garantir la sécurité des riverains notamment sur le site de la Jonction  et celles qu’il entend mettre en place pour permettre à la faune sauvage de récupérer de l’épisode traumatisant des vidanges. C’est ce que j’ai fait le 30 mai 2016 mais ce n’était et de loin pas le premier texte que j’écrivais à l’attention du Conseil d’Etat.

Réponse du Conseil d’Etat  à mes interpellations et motion

M2140 Motion questionnant la nécessité des vidanges du barrage de Verbois et les mesures mises en oeuvre pour sécuriser le site de la Jonction, déposée le 1er avril 2013. Votée à l’unanimité du Grand Conseil le 24 septembre 2015. Dommage qu’il ait fallut tant de temps pour traiter cette motion. L’avantage c’est que le Conseil d’Etat devrait maintenant avoir tous les éléments pour fournir une réponse étayée ! Le 31 août 2016, dans son point de presse Le Conseil dEtat informe qu’il répond à mes motions et interpellations, j’en suis ravie et je le remercie. La réponse très complète à ma motion M2140A mérite qu’on la lise et qu’on l’analyse de près: on ne pourra pas faire de gestion passive des sédiments et donc les vidanges du barrage de Verbois ne s’arrêteront pas (adieu moratoire…), on étudie encore l’impact de la vidange de mai 2016 et les résultats et mesures d’accompagnement sont attendues pour la fin 2016. Les risques d’inondation de la Jonction s’étend jusqu’en amont du pont Wilsdorf et ont plusieurs sources. Conclusion: la gestion des sédiments de l’Arve ne résoudra pas à lui seul le risque d’inondation, il faudrait aussi assainir les ouvrages dont le quai Ernest Ansermet et… le réseau d’assainissement, mais pour cela, il faut de l’argent, et rien n’est prévu au budget de la Ville avant 2020. Ce qui n’empêche par le Conseil d’Etat d’imaginer de mettre les archives cantonales, notre bien le plus précieux, à l’Arsenal, pile dans la zone à risque d’inondation! Pour du papier, c’est top comme idée.

Pour en savoir plus:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.