Ensemble pour la sécurité

L’armée suisse est basée sur l’engagement des civils à des tâches au service de la collectivité. C’est un système typiquement suisse, démocratique et non élitiste. Pourtant, alors que le principe de l’armée de milice est considéré comme ce qu’il y a de plus proche d’une armée du peuple, c’est la Gauche qui remet ce système en cause…

Pour un petit pays au niveau de vie élevé comme le nôtre, l’armée de milice est un système efficace. Il utilise au mieux les compétences de chacun et permet d’obtenir une qualité et une quantité de personnel. Il a fait ses preuves et le monde entier nous envie. Supprimer l’obligation de servir, nous obligerait à compter sur des volontaires ou à recruter des professionnels.

Serions-nous mieux servis par une armée basée sur le volontariat pur ? En Allemagne, cette décision a amené un nombre ridicule de volontaires qui, reporté à la taille de la Suisse, représenterait quelque 150 volontaires contre 200’000 hommes actuellement disponibles. La Suisse applique déjà le principe avec les femmes et on connait les résultats : une centaine de femmes s’engagent annuellement. Au total, notre armée compte 1’000 femmes pour … 200’000 hommes. Autant dire que le volontariat conduirait à la disparition de notre système de défense actuel.

Opter pour une armée de professionnels impliquerait d’employer le militaire à l’année. Avec un salaire annuel oscillant autour des 100’000 francs par individu, près de 3 milliards de francs seraient déboursés rien qu’en salaires, auxquels s’ajouteraient les coûts d’infrastructures et de matériel. Le coût de l’armée serait largement plus cher et le problème du recrutement se poserait également. La situation des pays qui ont fait le choix d’une armée de professionnels devrait nous amener pour le moins à réfléchir sur la pertinence de cette solution :

La France n’arrive pas à assurer la fidélisation et se trouve obligée de former la relève à tour de bras ; l’Espagne recrute en Amérique du Sud quitte à leur proposer la nationalité ; d’autres pays se tournent vers les repris de justice et leur proposent en contrepartie des remises de peine. En clair, on s’engage pour un lit chaud, faute de mieux ou par absence d’autre perspective de vie.

En Suisse, supprimer l’obligation de servir signifierait remettre en cause l’existence même de l’armée. Sans doute s’agit-il de la vraie finalité poursuivie par les initiants. Ils oublient cependant de mentionner un corolaire qui a son importance : Si l’obligation militaire de servir disparait, celle liée à la protection civile et au service civil aussi !

C’est donc tout l’engagement social, sanitaire (dans les EMS notamment) et lié à l’environnement (aide aux paysans de montagne, aide en cas de catastrophe ou d’évènements importants) et la protection de la population qui sont remis en cause. Et comme pour l’engagement militaire, il est illusoire de penser qu’il y aura suffisamment de volontaires pour occuper toutes ses fonctions aujourd’hui remplies grâce à l’obligation de servir.

L’obligation de servir dépasse donc largement le cadre purement militaire et joue un rôle social immense, un rôle utile pour celui qui en bénéficie mais aussi pour celui qui le joue ! En se mettant au service de la collectivité à l’entrée de l’âge adulte, les jeunes gens apprennent à devenir responsables. Dans un monde de plus en plus dur, où le système éducatif actuel n’atteint pas tous ses objectifs, il est temps de mettre les jeunes en face de leurs obligations envers une société qui assure leur formation, les soutient en cas de coup dur et tout au long de leur vie.

Plutôt que de supprimer cette contribution au fonctionnement de la société, il conviendrait au contraire de l’étendre aux femmes ou, pour certaines fonctions, aux étrangers. Plutôt que de proposer de supprimer l’obligation de servir, il s’agirait de la maintenir et de l’adapter aux besoins (assurer plus de sécurité et de bien-être par exemple). Mes propositions auront, pour certains, un côté provocateur mais elles sont totalement non discriminatoires. Il y a des droits mais aussi des devoirs liés à la vie en société qui passent par l’engagement personnel chacun : la force d’une société n’est rien d’autre que la volonté de chacun de ses membres de s’engager à la faire vivre. La première étape on la fait rarement de sa propre initiative, il faut parfois l’imposer (serait-on allé à l’école si elle n’était obligatoire ?). Convaincu du bien-fondé de l’investissement, on le continue de soi-même.

Au final, l’obligation de servir la collectivité et ses semblables est une cause extrêmement noble, moderne et sociale. A l’inverse, le repli sur soi et l’individualisme implicite de la fin de l’obligation de servir, viderait de son sens la devise de la Suisse : « Un pour tous et tous pour un ».

Le 22 septembre, je voterai clairement NON à la suppression de l’obligation de servir.

Bulletin juillet 2013  Le Carabinier Genevois

 

Ensemble pour la sécurité

http://www.geneveobligationservir.ch/soutenir/

3 Réponses à Ensemble pour la sécurité

  1. 23 juillet 2013 at 10 h 15 min #

    L’armée suisse
    “C’est un système typiquement suisse, démocratique et non élitiste”
    vous faite erreur, rien de cela, l’armée de milice est dans de nombreux pays. Les athéniens avaient déjà la même armée. Démocratique et non élitiste, bien sur quand un officier propose un ordre les soldats votent avec l’officier et toute la caserne pour décider s’ils le suivront. Avant que les femmes puissent enfin être éligible, les élus hommes étaient tous officiers et soldats. Toujours un peu aujourd’hui d’ailleurs.
    Vous attaquez les autres en leur prêtant des mensonges. Faire de la politique c’est être responsable.
    Notre pays a aussi des pauvres dont je fais partie, 10% en Suisse et chaque jours plus.
    nous serions bien mieux sur une planète qui abolirait toutes les armées, plus d’argent pour nourrir les pauvres, plus d’égalité.
    Vous croyez vraiment que nous devons nous défendre avec 200’000 soldats. Ou est la guerre?

    “En se mettant au service de la collectivité à l’entrée de l’âge adulte, les jeunes gens apprennent à devenir responsables”
    Pas tous et loin de la, de plus ils sont responsable au regard de la loi a 18 ans.

    “Mes propositions auront, pour certains, un côté provocateur”
    Loin de la, dans toutes propositions, il existe des bonnes choses pour tous et des moins bonnes.

    Si on impose les choses, alors bienvenue dans la dictature

    Servir la collectivité et ses semblables est une cause extrêmement noble, moderne et sociale lorsqu’on la fait volontairement.

    Un pour tous et tous pour un, c’est pour le citoyen car nous suisses sommes solidaire les uns des autres. Malgré certain message des partis politique qui préfère diviser pour mieux régner.

    Christina Meissner, vous êtes une femme pour qui j’ai une grande admiration. Vous avez vos opinions, j’ai les miennes. J’ai vu ce qu’est l’armée et j’ai aussi entendu des témoignages.

    Un soir en rentrant avec mon amie grecque par la passerelle des Vernets, nous sommes tombé face a 3 jeunes soldats complètement bourrés qui ont dit: Balançons ce con a la flotte et violons sa pute.
    J’étais armé et sais me défendre. Les gosses en kaki ont fuit, des lâches. C’est ça, aussi l’armée.
    Des suicides et des meurtres avec les armes militaires. Meurtre bien souvent des compagnes ou ex-compagne.

    Je vous en prie, parlez de vos passions et de ce que vous avez toujours défendu dans votre vie.
    Je rêverai que nous soyons tous les deux élus au Grand Conseil pour défendre ce que nous partageons. Mais, de grâce ne parler plus de ce que vous ne connaissez pas comme l’armée.

    Je veux une politique qui sert l’humain et qui inclus tout le monde. Vous aussi, j’en suis sur.

    La sécurité se doit de faire participer tous les acteurs dans le respect de la vie de l’humain.
    Pas en l’entraînant pour tuer l’autre et en faire des machines qui obéissent sans réfléchir donc sans responsabilité.

    Je pense aussi refuser le 22 septembre, car des choses manquent.
    Mais, l’abolition de toutes les armées est a souhaiter pour la paix de tous les peuples de la Terre.

    Avec l’espoir que vous me publierez.

    • 7 août 2013 at 11 h 52 min #

      De retour de vacances, je publie votre message, même si je ne partage pas son contenu car je suis pour la liberté d’expression. Cela étant, je vous signale juste que les 3 jeunes soldats complètement bourrés que vous avez croisé sur la passerelle des Vernets, sont tout simplement NOS enfants, et que vous auriez pu les croiser n’importe quel autre jour sans uniforme et les entendre dire le même genre de “conneries” pour rester polie.
      Je voterai, vous voterez comme bon vous semblera et la démocratie s’exprimera en toute liberté.

  2. 25 avril 2014 at 23 h 17 min #

    Reading posts like this make surfing such a plerause

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.