Protéger l’Aire et ses rives est nécessaire

En tant que responsable du collectif Coordination Rivières, je me suis aussi engagée pour un plan d’action pour sauver les cours d’eau depuis 1992. J’ai  ensuite largement contribué au programme  transfrontalier de contrats de rivière et à celui de renaturation de la rivière Aire et des autres rivières cantonales durant les 10 ans passés au service de l’Etat.  Après avoir vu avec bonheur la rivière ressortir de son corset de béton force a été de constater que la protection de la rivière n’était pas suffisante. Tant la qualité que la quantité d’eau sont toujours problématiques, les incivilités se multiplient le long du cours d’eau et tout au long de l’année, la densification des abords amène de nouveaux risques.

Compte tenu des travaux de renaturation réalisés sur l’Aire depuis 2002 et des développements riverains futurs, l’Etat se doit de disposer d’un cadre législatif permettant de gérer les multiples contradictions actuelles et futures générées par les différentes identités et usages de la rivière (importance pour la faune et la flore, zone de loisirs pour la population, exploitations agricoles et industrielles, etc.). Il est donc nécessaire de travailler sur l’ensemble du parcours renaturé, de la frontière cantonale jusqu’à et y compris Onex.

Pour toutes ces raisons, j’ai déposé  en 2020 une motion pour un plan de protection de l’Aire et de ses rives avec l’espoir que le Grand Conseil puis le Conseil d’Etat acceptent d’agir en faveur de ce cours d’eau et de sa biodiversité.

Lien sur la Motion M2678

Lien sur le site de l’Association de sauvegarde de Confignon qui regorge d’infos sur l’Aire et ses alentours et sur lequel se trouve aussi le cahier des doléances des associations à propos de l’Aire

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.