Les femmes peuvent attendre

Entre le masculin et le féminin, le parlement a choisi. Eric Leyvraz est le président que le parlement a élu le 16 mars 2017. Le nœud papillon l’a emporté sur le hérisson.

Je m’en remettrai. Quand on a vécu une guerre sous d’autres cieux, qu’on a tout quitté, tout perdu et dû tout reconstruire, on voit le monde avec une autre perspective.

Pour ma part, je prends acte du résultat du vote tout en le regrettant bien évidemment. Je rentre dans le rang pour consacrer le reste de mon mandat de députée indépendante à défendre les causes qui me sont chères jusqu’à la fin de la législature.  Je n’en serai que plus passionnée et engagée.

Ce qui m’attriste cependant, c’est que ce parlement, se complaise dans ses querelles intestines. Certains députés sont tellement absorbés à défendre des intérêts personnels,  qu’ils en oublient  de servir les intérêts de ceux qui les ont élus, à savoir, les citoyens de ce canton, parmi lesquels, il y a les femmes,  qui en représentent plus de la moitié.

Ce soir là, certains se sont bien amusés de leur jeu de pouvoir. Il n’empêche, la première législature de notre nouvelle Constitution qui fait la part belle à l’égalité des chances et des droits, s’achèvera sans qu’aucune femme ne soit devenue première citoyenne. Il n’y a  vraiment pas de quoi être fier. Je ne suis pas sûre que ce soit ce que les électeurs et les électrices de ce canton attendent de leurs députés.

Je remercie toutes les personnes qui m’ont encouragée, apporté leur soutien et, après coup, le réconfort. Je remercie aussi toutes les députées et tous les députés qui m’ont apporté leurs suffrages. Ils ont été nombreux et de tous bords, enfin presque…. Cela pas suffi pour m’élire mais a suffi pour me mettre du baume au cœur et pour signifier que j’avais ma place dans cet hémicycle, que j’étais respectée et appréciée pour mes idées, mes convictions, ma personnalité et mes compétences. Je vais dès lors réfléchir à la suite de ma carrière politique après la fin de cette législature.

Lire aussi:

  1. Echos dans les médias dont le reportage de la TV suisse alémanique
  2. Discours de candidature du 16 mars 2017
  3. Et si c’était pour une fois une femme ?

Une réponse à Les femmes peuvent attendre

  1. 18 mars 2017 at 18 h 20 min #

    Madame la Députée,

    Les deux hérissons choisis pour vice et présider le Grand Conseil sont aussi issus d’une bonne portée.

    La mise bas fut régulière

    Ce qui l’est moins et qui ne manque pas de piquant,, c’est de vous avoir frappée d’une interdiction d’accès aux Commissions parlementaires, chaudrons où se concoctent les décisions parlementaires soumises aux votes du plénum.

    Cette pratique vicieuse fait de vous et d’autres élu(e) au Grand Conseil de Genève des député(e)s amputé(e)s. .

    Les vrais perdants sont donc avant tout vos électeurs et électrices, Madame !

    Que vaut une hérissonne juchée sur deux ou trois pattes 🙂 ?

    Ces Messieurs prennent-ils plaisir à vous voir claudiquer dans les travées, stigmatisée comme une créature proscrite ?

    Quant à “l’amende” de CHF 10’000.- qui vous est imposée pour le “droit” d’avoir été expulsée de votre parti par le caprice d’un cacque, elle rappelle le suffrage censitaire.

    Il était grand temps que le corps électoral genevois fût mis au courant de telles proscriptions: quand le citoyen donne ses suffrages à un-e élu-e, il n’autorise personne à lui arracher la majeure partie de son pouvoir en cours de législature. Dans un tel cas, c’est bien le peuple qui est trompé et grugé..

    Notre association libertaire des Dissident-e-de Genève (DDG) a donc lancé une pétition pour protéger l’exercice plein et entier du suffrage universel.

    Ladite pétition est teléchargeable, imprimable et “signable” ici:

    http://ddge.ch/wp-content/uploads/2017/01/DDGE_petition-2017.pdf

    Merci au peuple de la soutenir.

    jaw

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.