Pièges mortels pour les hérissons

VinhLes raisins sont mûrs et partout, les viticulteurs protègent leur vignes au moyen de filets. Quoi de plus normal, pour pouvoir garantir une bonne récolte ? Mais attention à la manière dont les filets sont disposés ! Il faut absolument éviter que ces filets deviennent des pièges mortels. Si les filets traînent au sol, les hérissons se prennent les piquants dans les fils et ne peuvent plus s’en échapper.

Une lente agonie attendait ce petit hérisson, si l’oeil alerte d’un promeneur ne l’avait pas aperçu. Après avoir patiemment coupé tous les fils qui l’emprisonnaient, son sauveteur l’a amené au centre SOS hérissons. Heureusement pour lui, aujourd’hui, Vinh, le hérisson, s’est remis de ses émotions et reprend des forces en mangeant comme un glouton.

Il n’y a hélas pas que les filets en plastique qui sont des pièges mortels. Un autre hérisson, longtemps prisonnier d’un fil de fer, est aussi en soin mais sa convalescence sera plus longue.  En effet, Francesco ne peut pas encore manger de nourriture solide car son oesophage, longtemps comprimé n’a pas encore retrouvé une élasticité suffisante . Enfin, cet été, j’ai du couper les piquants d’une hérissonne coincée dans le coin décoratif d’un portail. Après avoir été soignée, Ange a été libérée.

A vous de jouer

Je suggère à chacun d’imaginer le parcours au ras du sol d’un hérisson, d’une salamandre, d’une grenouille ou de tout autre animal sauvage  de votre choix.  Vous découvrirez vite  à quel point leur chemin est truffé de pièges insoupçonnés !

Le parcours de Gaston le hérisson. Pour les enseignants, il existe un kit pédagogique adapté auquel j’ai par ailleurs collaboré : Nature sans frontières, dossier pédagogique de la FRAPNA Rhône-Alpes

VinhLe centre de soins SOS hérissons

 

 

 

 

 

crédit photo: photomick50

Une réponse à Pièges mortels pour les hérissons

  1. 1 décembre 2015 at 1 h 04 min #

    Bonjour,

    A plusieurs reprises cet été un hérisson prenait un malin plaisir à venir grignoter les croquettes de notre chat ; il faut dire que sa gamelle de croquettes et d’eau se trouvaient dans une véranda à l’abris du vent, du froid et des prédateurs. Un jour nous avons même vu 2 hérissons boire dans la gamelle d’eau de notre chat.
    Pensant les aider parce qu’il faisait froid en ce mois de novembre, nous avons acheté une maison pour hérissons sur Internet que nous avons placée dans notre jardin avec des feuilles et du foin autour et dedans… Mais malgré cela nous avons retrouvé sans doute un de ces 2 hérissons à plusieurs reprises dans notre véranda à manger les croquettes de notre chat.
    Et la semaine dernière, nous avons découvert une drôle de boursouflure sous la couverture de notre chat, et c’était ce petit hérisson qui y faisait sa sieste. J’ai donc cru qu’il serait préférable s’il voulait hiberner de le porter délicatement dans la maison que nous avions placé dans le jardin ; et il y est effectivement resté, mais cela n’a duré qu’un moment puisque dès le lendemain le revoilà dans notre véranda.
    Après avoir lu quelques infos sur Internet, nous avons décidé de mettre cette maison pour hérisson dans notre véranda en disposant des feuilles au sol, et en mettant un t-shirt usagé à l’intérieur de la maison + feuilles + foin pour qu’il puisse se mettre au chaud, également une gamelle de croquettes et une autre avec un peu d’eau fraîche ; le tout entouré par une petite protection en bois de 30cm de haut autant pour éviter à mon chat d’être trop curieux que pour éviter au hérisson de sortir par ce froid avec 4-5 dégrés ces dernières nuits.

    Avons-nous fait le bon choix de garder ce hérisson avec nous au chaud jusqu’au printemps, sachant que si au 30 novembre il hiberne tjrs pas sans doute est-il trop jeune et pas assez ‘costaud’ pour hiberner?
    Avez-vous des conseils à nous donner?

    Par avance merci bcp.

    J-M BOURDIN

Laisser un commentaire